BiographieHistoire

Comment Napoléon Bonaparte est-il arrivé au pouvoir ? 2021

Comment Napoléon Bonaparte est-il arrivé au pouvoir ? 2021

Comment Napoléon Bonaparte est-il arrivé au pouvoir ? 2021
Comment Napoléon Bonaparte est-il arrivé au pouvoir ? 2021

C’est en multipliant les épopées militaires victorieuses puis en s’autoproclamant premier consul par un coup d’État que Napoléon a acquis la légitimité pour être sacré empereur en 1804.

Un grand prestige militaire

Engagé très tôt, dès l’âge de 15 ans, dans la voie d’une brillante carrière militaire, Napoléon Bonaparte se fait rapidement une solide réputation de général victorieux et de fin tacticien. De ses campagnes triomphales en Italie puis en Égypte (entre 1796 et 1799), Napoléon tire ainsi un prestige qui dépasse les frontières françaises. Ce statut lui donne l’autorité nécessaire pour soutenir en 1799 un coup d’État parlementaire contre le Directoire, le gouvernement alors en place.

Napoléon Bonaparte empereur : le sacre à Notre-Dame de Paris

Après ces événements, Bonaparte devient premier consul et seul chef de l’exécutif, puis il se fait nommer consul à vie en 1802. L’étape suivante n’est presque plus qu’une suite logique dans l’ascension au pouvoir. C’est au sommet de sa popularité et sans aucune opposition que Bonaparte, le 2 décembre 1804, devient Napoléon Ier et est sacré empereur des Français par le pape Pie VII en la cathédrale Notre-Dame de Paris. C’est le début d’un règne politique sur l’Europe qui durera près de dix ans.

9 et 10 novembre 1799 : dix ans après le début de la Révolution française, qui a remplacé la monarchie par la république, le général Bonaparte prend le pouvoir lors du coup d’État du 18 Brumaire.

Qu’est-ce qu’un coup d’État ? Comment a-t-il été organisé ? D’où vient l’expression « 18 Brumaire » ? Et pourquoi Bonaparte ?

Comment Napoléon Bonaparte est-il arrivé au pouvoir ? 2021
Comment Napoléon Bonaparte est-il arrivé au pouvoir ? 2021

1789, la Révolution française bouleverse tout !

À partir de 1789, la Révolution française bouleverse la France : elle supprime la monarchie héréditaire pour la remplacer par un régime républicain.

Jusqu’alors, la France est dirigée par un roi, puis à sa mort par son fils devenant roi : c’est le principe de la monarchie héréditaire, et en France seuls les hommes peuvent se succéder sur le trône royal. Si un roi n’a pas de fils, ce peut être son frère, le fils de son frère ou un cousin qui peut devenir roi. En Angleterre par exemple, les filles peuvent devenir reine.

La monarchie française règne sur une société très inégalitaire, divisée en trois groupes, l’aristocratie (les nobles qui ont de nombreux privilèges), le clergé, et le tiers état (c’est-à-dire la 3e partie de la population) qui subit de nombreuses contraintes et paie les impôts. En 1789, afin de réussir à faire voter les impôts, le roi Louis XVI réunit les états généraux : ces assemblées sont constituées des députés représentant les trois groupes de la société, élus de manière et en proportion différente suivant qu’ils représentent la noblesse, le clergé ou le tiers état.

Mais les divergences politiques profondes provoquent de nombreuses émeutes, parfois très violentes et meurtrières, et entraînent la chute du roi Louis XVI : il est emprisonné en août 1792, puis guillotiné le 21 janvier 1793.

La Première République est installée depuis le 22 septembre 1792 : le gouvernement est partagé, les privilèges de la noblesse sont abolis et tous les hommes sont égaux en droit, la religion catholique est supprimée et ses églises fermées. Des représentants des citoyens sont organisés en assemblée pour discuter et voter les lois. Mais plusieurs groupes politiques s’affrontent et c’est l’instabilité politique.

En 1795, un nouveau régime est mis en place, c’est le Directoire : le gouvernement est dirigé par des Directeurs, et deux assemblées législatives (le Conseil des Anciens, ancêtre de notre Sénat, et le Conseil des Cinq-Cents, l’équivalent de notre Assemblée nationale) représentent les citoyens. Mais le Directoire n’arrive pas à régler les difficultés économiques et est détesté par les Français. Certains Directeurs demandent au général Bonaparte son aide pour changer le régime, par la surprise et la force : c’est-à-dire par un coup d’État.

 

Le coup d’État du 18-Brumaire: le général Bonaparte prend le pouvoir

  • Pourquoi le général Bonaparte ?

Depuis octobre 1795, Napoléon Bonaparte est un général de l’armée de la République. Il a gagné de nombreuses batailles, notamment lors de sa première grande campagne militaire en Italie, et est devenu très populaire. En 1798, il a conduit une campagne militaire et scientifique en Égypte. Ce n’est pas vraiment un grand succès militaire, mais pendant l’absence de Napoléon, son frère Lucien entretient sa popularité dans les milieux politiques. Et depuis l’Égypte, Napoléon Bonaparte se tient informé des difficultés politiques en France. Il rentre le plus rapidement en France, et arrive à Paris le 16 octobre 1799. À la même époque, Lucien Bonaparte devient le président de l’assemblée des Cinq-Cents : tout est réuni pour que les frères Bonaparte prennent le pouvoir.

  • D’où vient l’expression « 18 Brumaire » ?

Le 6 octobre 1793, un nouveau calendrier est mis en place : le premier jour de l’an est fixé à la date anniversaire de la naissance de la Première République, c’est-à-dire le 22 septembre, et non plus le 1er janvier ! Dans le nouveau calendrier républicain, la semaine ne compte plus 7 jours mais 10 : c’est une décade. Chaque mois comprend trois décades et l’année se termine avec 5 jours supplémentaires. C’est déjà compliqué, mais en plus les jours et les mois changent de nom : le mois de novembre porte le nom de Brumaire dans le calendrier républicain. Ce calendrier restera en usage jusqu’au 1er janvier 1806.

Le coup d’État se déroule durant l’an VIII, c’est-à-dire la 8e année depuis l’installation de la Première République.

 

  • Un coup d’État en deux temps

On parle du coup d’État du 18 Brumaire, mais en réalité le coup d’État s’est passé sur deux jours, les 18 et 19 Brumaire de l’an VIII / 9 et 10 novembre 1799.

Première étape, le 18 Brumaire an VIII / 9 novembre 1799 : les organisateurs du coup d’État organisent le déplacement des assemblées représentatives de Paris à Saint-Cloud, à quelques km à l’ouest de Paris : on explique aux députés qu’ils doivent être protégés d’un attentat qui a été découvert.

Mais loin de Paris, les députés sont isolés et encadrés par des militaires commandés par le général Bonaparte : ils devraient voter le changement de régime voulu par les organisateurs du coup d’État. Mais les députés ne vont pas être faciles à convaincre…

Deuxième étape, le 19 Brumaire an VIII / 10 novembre 1799 : le lendemain, Napoléon Bonaparte fait un discours maladroit pour convaincre qu’il respecte la République, mais il est bousculé,  les membres de l’assemblée comprennent qu’un coup d’État est en cours et veulent le déclarer hors-la-loi ! Les militaires interviennent pour ramener le calme et protéger Napoléon Bonaparte. Finalement, le soir, quelques députés votent le changement de régime.

Mais les organisateurs du coup d’État se sont bien trompés ! Ils ont cru que le général Bonaparte allait seulement les aider militairement : mais Napoléon Bonaparte arrive à imposer sa nomination comme Premier Consul.

À 30 ans, il est le nouveau chef de l’État.

 

Une nouvelle Constitution organise le régime du Consulat

Avec la nouvelle constitution signée 13 décembre 1799, le Premier Consul gouverne avec deux autres consuls. Mais il a entre les mains la plupart des pouvoirs : il nomme les ministres, les ambassadeurs, les officiers de l’armée et les juges, et le Conseil d’État qui rédige les lois. Trois assemblées discutent ou votent les lois mais séparément, ce qui affaiblit leur pouvoir.

Pendant le Consulat, le Premier Consul Bonaparte modernise la France : il crée la Banque de France qui va gérer la nouvelle monnaie, le franc germinal (Germinal, c’est le mois qui va du 21 mars au 19 avril)  ; il organise l’administration du pays, avec les départements et les préfets ; il ordonne la rédaction du Code civil ; il crée la Légion d’honneur. Toutes ces créations ou organisations existent toujours !

 

Mais tout le monde n’est pas d’accord…

Les monarchistes et les républicains sont contre le nouveau régime : les monarchistes veulent faire revenir la famille royale au pouvoir (le frère de Louis XVI est en exil), tandis que les républicains pensent que le Premier Consul a trop de pouvoir.

Plusieurs complots vont menacer le pouvoir : par exemple le 24 décembre 1800, l’explosion d’une bombe manque de peu le Premier Consul alors qu’il se rend avec son épouse Joséphine à l’Opéra de Paris.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page